Vraiment très très dur aujourdh'ui la route à été refaite, mais ily à qq années elle était jusqu'au Mont Serin d'une rugosité que je n'ai jamais vu ailleurs, cétait comme si on montait avec des freins et avec des km à 11%. Moins difficile que depuis Bédoin. Moment de répit avant le Belvédère mais après ça monte dur. Dur, dur la section sous la station du Mont Serein. Pris l'orage en haut :-( Monté en 2004. Forte chaleur. Assez Dificile, mais réel plaisir. c'est une montée tres difficile qui se divise en 3 parties, la 1ere est difficile avec de fort pourcentage et une longue ligne droite qui sape le moral! la seconde correspond a un morceaux de replat qui permet de recuperer,ensuite apres le chalet Liotard on r'attaque de fort pourcentages jusqu'a la fin, la fatigue venant faire le reste . Mais une fois au sommet un grande satisfaction est là et fais oublier toutes les douleurs Des 3 montees, pour moi c'est la + dure, Montée par le versant Nord, moins dure mais plus irrégulière, qui offre des répits appréciables entre deux rampes. La route est étroite et tranquille. Le Mont Ventoux est une légende du tour et je voulais voir par moi même sil était vraiment à la hauteur par rapport à nos cols hauts alpins. Super je le referais depuis Bedoin pour la prochaine fois... 3 Juin 2014 - Première ascension d'un grand col pour moi. Je suis parti sur les coups de 16 heures après 30 minutes d'échauffement - 25 degrés en bas et 12 prévus en haut. Je n'ai pas encore tenté le Ventoux par Bédoin mais j'ai trouvé la montée par Malaucène relativement difficile ! Certes, ce versant présente des secteurs compris entre 4 et 6 % qui paraissent "faciles" et qui permettent de remettre du braquet mais les rampes comprises entre 9 et 12 % compensent largement ! 3 secteurs m'ont particulièrement marqué : 4 kilomètres consécutifs à 10 % (entre 9 et 12 %) après le belvédère, une rampe à la sortie du Mont Serein dans la forêt et les 3 derniers kilomètres où le vent s'invite ... Pour information, j'ai monté ce versant avec un 34*27 au max dont j'ai largement abusé dans les 3 secteurs dont je parle plus haut ! Enfin merci à tous pour vos commentaires qui m'ont vraiment permis de me préparer pour cette première expérience de la haute montagne ! Col sympa j'ai commencé par Suzette et le col de lachaîne étant des hautes Pyrénées il me semble que c est plus dur vers chez moi mais bon je n ai roulé que 50kms avant de démarrer. Je fais l autre côté dans quelques jours. Situé au nord de Vaucluse, à la limite de la Drôme, Malaucène est un beau village provençal installé à 350 m d'altitude, au pied du versant nord du mont Ventoux, dont il constitue la principale porte d'entrée. De plus, quand on a fait l'ascension une fois par les versants les plus durs, grimper le Ventoux cesse d'être impossible mais ne perd pas de sa magie. Il est indiqué de toute façon. Attention, toutefois à ne pas trop se précipiter, la tour du sommet à l'air plus proche qu'elle ne l'est réellement. Cette page détaille les 3 chemins possibles pour arriver au sommet du Ventoux, à savoir : Comme le sommet est indiqué de partout, et que la carte ci-dessus donne les routes à suivre, j'ai choisi de donner des conseils pour l'ascension au lieu de décrire le chemin à suivre. Ce sont aussi les seuls de l'ascension qui sont dignes du Ventoux. b) Une signalisation de déviation sera également mise en place entre le chalet Reynard (carrefour RD974/RD164) et la RD974 Malaucène pour permettre une liaison possible entre l’accès Nord et l’accès Sud dans les 2 sens de circulation. Réalisé le 26/12/2014 par grand beau temps, col fermé à partir de la station donc seul jusqu'au sommet. Magique. Montée dans la même lignée que côté Bedoin mais les plages de replat permettent de récupérer ou de remettre du ryhtme. La route est large. La descente est vraiment chouette (vitesse très sympa) et meilleure que celle de Bédoin. 2 derniers kilos à flan de crête vraiment impressionnant quand on arrive dessus. Belle côte, pourcentages soutenus, les 10 % ne sont pas rares. On souffle un peu à la hauteur de chalet Liotard, mais la reprise est violente. On quitte les arbres à environ 3 km du sommet qui est alors visible. Réalisé dans des conditions météo idéales : pas de vent et une température de 24 °C au sommet. Montée rude, mais quasiment initiatique. Plusieurs cyclosportives dont cinglés du Ventoux. Je teste pour cette ascension du Ventoux une caméra Drifc sur le casque mais les ré… Cette montée est 21 kilomètres de long, pour un dénivelé positif de 1564 mètres. Espace Détente & Spa - Massages - Soins - Cryothérapie - Balnéothérapie - Vaucluse. 26 km à 4,7% Le Ventoux par Bédoin fait peur. Ascension faite le 21 septembre 2019 Monter le Ventoux sans se faire mal. A 58 ans, pas retraité (2 sorties par semaine, en général la même, 32 km, 500 m dénivelé positif et toujours avec cardio fréquence mètre), j'ai fait ma première ascension du Ventoux. Plateau 34, pignons 26 à 32. Le temps inclue 3 arrêts de 3 minutes chacun à 1/2 heure 1 heure et 1 heure 3/4 (chalet Liotard). Le maître de la manoeuvre, c'était le cardio fréquence mètre. Grâce à cela, j'étais à l'aise même si je reconnais avoir trouvé ça difficile à partir du chalet Liotard (5 derniers km). Fréquence moyenne 142, max théorique 162 atteinte seulement à 2 reprises (dans les 5 derniers km justement) et les 2/3 du temps passés en dessous de 146 (90% du max théorique). Très belle ascension. Je reviendrai. Que se soit par Bedoin, Malaucène, ou Sault, grâvir le ventoux est toujours un plaisir. C'est un bel effort, qu'il faut gérer en gardant en tête l'objectif, et en profitant du paysage qui est magnifique. Attention bien regarder la météo, car cela peut se transformer en enfer. Evitez tant que possible les mois de juillet et aout, qui sont très chaud, et qui nécessite de partir tôt. Les meilleurs mois, selon moi, sont de l'ouverture, aux alentours de mai jusqu'en juin. Garder à l'esprit que voir le sommet ne signifie pas que vous êtes arrivés... Première montée au Ventoux. Départ 7h45 des gorges de Toulourenc pour rejoindre Malaucène et grimper au sommet du Géant. Belle montée avec 4 km à 10-12% bien sympa, en gérant sa montée ça passe bien. L'arrivée est magique. Descente par Sault et tous les champs de lavande. Superbe boucle. Reste 8 km assez faciles pour rejoindre la route de Bédoin au niveau du chalet Reynard. On peut se passer du triple plateau, même s'il offre plus une plus grande marge de sécurité. Les 5 premiers kilomètres sont faciles, mais n'allez pas trop vite, sinon vous allez peiner pendant les 11 suivants. En aller simple depuis Bédoin. Quelle belle impression de se rencontrer en chair et en os ! Ce sont 21 kilomètres d'ascension irrégulière, 1535 mètres de dénivelée, une pente moyenne de 7.3% avec de courts tronçons atteignant près de 13 %. Moyenne entre Sault et le chalet Reynard. En effet, dans la forêt, c'est toujours au moins 8%, et cela jusqu'au chalet Reynard. Notez que la route du Mont Ventoux ne mène pas à un col (un passage bas entre deux montagnes) mais directement au sommet (ce qui est encore plus beau). C'est par Sault que le Ventoux est le plus facile. Location, vente et réparation de vélos sur Malaucène et le Mont Ventoux. Comme il s'agit de petites distances, il suffit de suivre la signalisation pour se repérer. S'il n'y a que peu de vent, ils devraient être plus faciles. L'ascension par Bédoin est faite pour vous. L'ascension depuis Malaucène est un peu plus facile que par Bédoin, mais la montée est plus irrégulière : tantôt on monte sur des pourcentages raides, tantôt on peu se reposer sur des replats. Regardez aussi les profils des côtes, cela permet de mieux gérer l'effort. Magnifique vue lors de la montée. Cependant, une partie en ligne droite à 12% peut saper le moral et paraître interminable si on n'est pas bien. Plusieurs possibilités de récupérer sur ce versant où la pente passe sous les 5%. J'ai effectué l'ascension du Ventoux par les 3 versants dans la même journée en septembre 2011. 138km, + de 4000m de dénivellée et + de 8h de vélo Samedi 14 Sept 2013: soleil, chaleur..fin après midi....Jolie montée, descente très rapide. montée presque aussi difficile que bedouin à mon avis. Juillet 2012, peu avant mes 16 ans, les 3 kilomètres avant le Mont Serein sont vraiment horribles avec cette rampe droite qui nous donne une impression d'inifini. J'en garde un très bon souvenir. Même kilométrage et pourcentage moyen que du côté Bédoin à peu de choses près. Mais physionomie de montée totalement différente avec des pentes très irrégulière, et plusieurs replats de quelques centaines de mètres au cours de la montée. Les 4 km entre le Belvédère et le Mont Serein à 11% sont un enfer, et requièrent un mental d'acier. Mais après le reste passe beaucoup plus facilement et on retrouve souvent un second souffle grâce à un long replat au Mont Serein. Les 6 derniers km sont encore irrégulier. Un raidard juste après la station de ski puis 2-3 km plus doux avant les 2 derniers qui grimpent à nouveau plus raide. Paysages très jolis également de ce côté et très différents de l'autre versant (on ne sort de la forêt qu'à deux km du sommet) et les 6 kms entre le Mont Serein et le sommet sont un régal pour la vue. A signaler: moins de voitures de ce côté là. Mais le plupart des visiteurs, des cyclistes, grimpeurs et randonneurs, viennent à Malaucène pour affronter le Mont Ventoux, « poussés », comme Pétrarque en 1336, « seulement par le désir de visiter un lieu renommé pour son altitude ». 22 km à 7,3% Randonnée pédestre. Circuit VTT, vélo de route - Randonnées pédestres - Escalade - Baignade en rivière - Equitation - Dévalkart, Jeux d’enfants, Ballades à poney : l’été au Mont Serein - Accrobranches. Temps pris depuis Malaucène, 2017 (15ans) Le Mont Ventoux par Malaucène, ça reste le Mont Ventoux! Alors ne surtout pas partit en ne pensant pas souffrir car la surprise va être mauvaise... 2 jours après Bédoin, je décide de le monter à nouveau. Les cyclistes aiment se faire mal! Après un début à une allure assez soutenue (8%), les replats apparaissent... Et puis on se demande comment va-t-on se hisser à 1912m avec des pentes aussi douces... Arrive le milieu de l'ascencion et la borne affichant 1km à 12%. Juste interminable! La borne suivante approche puis la deuxième... 2km à 11% avec en prime une ligne droite où le verbe planter ne suffit même pas à décrire ma vitesse! Puis la station du Mont Serein permet un court repos avant d'affronter les dernières pentes désertes du Mont Chauve, plus abordable. Au final, une ascencion plus irrégulière de ce côté et qui, pour ma part, n'a rien à envier au versant Ouest! Braquet conseillé: 34x29. A faire, mythique, majestueux et magnifique! - La première fois, c'était le matin du dimanche 2 novembre 2003 avec mon ancien VTT Longway en acier, le seul beau week-end de ce mois de novembre. Mes parents me suivaient en voiture car je n'avais pas encore le permis B, faisant des arrêts et m'apportant du ravitaillement. Aujourd'hui, je n'aime pas vraiment les voitures suiveuses. Etant donné qu'il s'agissait de mon premier col et que je n'avais que 2 mois d'entrainement régulier, j'ai dû batailler pour faire 5 mètres dans les pentes à 10 % ! Et je ne vous conseille pas de commencer le Ventoux pour premier col, à moins que cela ne soit par Sault. Mais ce jour-là, je n'ai été que jusqu'au Chalet Liotard (1428m) car une barrière fermait la route un kilomètre plus loin. Je n'ai osé aller plus haut car en cas d'accident, les secours tarderaient et mes parents ne pouvaient pas monter plus haut. Mais tout cela n'était que partie remise. - Parce-que je l'ai refait le vendredi 13 août 2004, mieux entrainé et toujours avec ce VTT Longway. Je n'avais qu'une petite voiture pas bonne pour le transport d'un vélo et mon père et un cousin me suivaient en voiture. J'ai mis 2h23 pour monter avec ce VTT mais en comptant des arrêts pour me ravitailler donc je pense à environ 2h15 d'ascension effective. J'ai fait une bonne ascension, doublant 6 cyclistes dans les 5 premiers kilomètres et on ne m'a doublé que 4 fois dans les 9 derniers kilomètres. Tout au plus, mon coup de pédale était moins fluide après le mont Serein à cause de la raréfaction de l'oxygène. Il faut dire qu'à l'époque le Ventoux était mon plus haut sommet grimpé, pas très habitué à la montagne mais depuis 2006 cela a bien changé et je ne ressens quasiment pas les effets de l'altitude. Pendant la montée, il faisait beau temps mais au sommet, je ne suis pas resté longtemps, juste le temps de quelques photos car il y avait là-haut un vent vraiment froid. On a préféré pique-niquer au belvédère des Ramayettes (environ 980m d'altitude). - Je l'ai refait le jeudi 31 août 2006 et j'y ai établi mon record en 1h35min32s mais cette fois-ci avec mon vélo de route Décathlon, un temps que je me sens incapable de reproduire aujourd'hui. Avec un très beau temps, la vue était dégagée et j'y ai même vu le mont Blanc. Mais je n'avais pas pris d'appareil photo. - Ma plus mauvaise ascension c'était le 27 mai 2008 en 1h57 avec mon vélo de route. Ce versant nous l'avons aussi grimpé sur les Routes du Ventoux (pour moi parcours Senior de 101 km) en septembre 2009 et je l'avais grimpé en 1h47, pas très content de mon coup de pédale. - Mais pour moi le must du must ce fut lors d'une ascension pédestre à l'occasion de ma participation au trail du Ventoux Ergysport le 16 mars 2014. Nous empruntions dans les 5 derniers kilomètres d'ascension la D974 recouverte de neige et croisions des skieurs. Arrivé au sommet du Ventoux, on a eu droit à des rafales à 130 km/h si bien qu'il fallait attacher les deux sangles de mon sac de trail (poitrine et col) pour éviter qu'il ne se balade d'un côté et de l'autre de mes épaules ! A vélo, je n'aurais pas aimé mais à pied la descente vers la combe de la Grave sous ce vent était une vraie jouissance, l'un de mes meilleurs moments sportifs de ma vie ! Par Malaucène, la distance tout comme le pourcentage moyen sont similaires à la montée par Bédoin néanmoins c'est plus irrégulier avec des paliers de récupération. A la sortie de Malaucène, on entre dans le vif du sujet avec un début plus difficile que par Bédoin, néamoins, il y a une portion plane 300m avant d'arriver à la source du Groseau au km 2. Mais le kilomètre suivant est plus dur avec du 7 % et les deux autres à 9,5 % environ sous la pinède. Les premiers kilomètres sont donc difficiles. Mais les 5 km qui suivent jusqu'au belvédère des Rams sont plus roulants avec tout de même une courte rampe assez sévère au niveau de la Tête de l'Emine. La pente se cabre après le belvédère des Ramayettes (980m d'altitude environ) et on se retrouve peu après sur une ligne droite épouvantable et à 10 % qui longe les Rochers des Rams avec pour seul soulagement d'apercevoir le Ventoux plus haut. On arrive alors à un virage en S passant devant une citerne avant une nouvelle grande ligne droite (très bien photographiée par certains contributeurs) éprouvante avec des passages à 12 %. 1,5 km avant d'arriver au Mont Serein, les pourcentages deviennent heureusement plus doux. Arrivé au chalet Liotard (1428m), vous avez encore droit à 300m facile avant une brutale rupture de pente et des hectomètres à 9,5 % pour parvenir jusqu'à la barrière qui ferme l'accès au sommet de novembre à mai. Redoutable ! Le kilomètre suivant est un peu moins dur (6,5 %) et à partir de la barrière il y a une longue portion rectiligne en forêt où des pistes permettent de voir le Mont Serein plus bas qui paraît petit maintenant. A 3 km du sommet, la route sort de la forêt pour dévoiler les derniers kilomètres de l'ascension du Mont Ventoux, dénudé désormais, avec une pente assez difficile. Le passage devant le radar permet un dernier palier mais il faut donner un dernier coup de rein en passant sous l'antenne. A 100m du sommet, il y a une table d'orientation qui permet une belle vue sur les Alpes et la montagne de Lure aussi. Le Ventoux est en été victime de son succès car là-haut c'est vraiment la cohue. Les 2,5 premiers kilomètres de la descente vers Malaucène est délicat car la route n'est pas droite, plus haute d'un côté et de l'autre et en plus soumise au vent. Mais la descente est sympathique après car rectiligne surtout dans la ligne droite avec passages à 12 % entre le chalet Liotard et le virage en S de la Citerne. Dans cette ligne droite, j'ai atteint 78,4 km/h et d'autres dépassent allégrement les 80 km/h. Des trois cotés c'est celui que j'aime le moins. Parcours tout à l'ombre (fin octobre) donc froid, le dénivelé est plus "casse-pattes" que par Bédoin (on monte par paliers alors que par Bédoin c'est du continu) L'attaque est mortelle et quand on est un âne comme moi et qu'on part à froid, l'ascension est longue et difficile .... (et au retour on se paye une belle tendinite) Monté dans un jour venteux, le 20 aout 2017. parti de Mormoiron, en passant par une belle route jusqu'au col de la Madeleine(448m alt) puis descente vers Malaucène. Je trouve que c'est la plus belle montée du mont ventoux, car très souvent abrité du vent dans la forêt, puis la vue de la tour se produit subitement, on se trouve à un moment donné juste au dessous de cette tour donnânt un caractère majestueux à cette ascension. On devine pas à ce moment là qu'il reste encore 5k d'ascension avec des pourcentages importants. enchainé après par les gorges de la Nesque, très belle montée, ensuite descente du col des abeilles.